Alenko – “Astral”

Corps vibrant dans une nuit déglinguée, pleine de couleurs vibrantes, de trottoirs qui claquent sous les pas nus d’une errance poétique, corps qui se lèvent quand d’autres se lovent dans les bras de Morphée, bonheurs qui s’estompent dans les vapeurs d’alcool quand les vertiges d’amours éphémères s’évaporent dans les premières brumes matinales, des insomnies qui anesthésient le strass de nos rêves et finissent, au bout d’une nuit plus belle que la plupart de nos jours, par nous offrir le dernier verre d’une poésie ô combien enivrante. Corps “Astral” d’un atypique artiste parcourant les monts et merveilles de nos petites vies de fourmis, toujours en mouvement pour mieux combattre l’inexorable course du temps, quelques notes qui s’évadent et viennent titiller nos sens assourdis, nous prennent dans leurs bras pour mieux nous convaincre de sortir de notre douce léthargie. Avec ou sans vue sur la plaine de nos trottoirs assombris, Alenko nous invite à une virée doucement déglinguée dans une nocturne errance tout sauf oppressante. Suivez ses pas, ils vous mèneront au vertige !