Alenko – “Phoenix”

La tête ailleurs, enfiler un costume trop petit pour un monde trop grand, puis se perdre dans ses peurs, jeter un œil perdu dans la glace pour un face à face avec un inconnu, regarder ce dehors où tout s’endort, où rien ne nous rassure, ne nous donne des raisons d’espérer, de croire. Tel le phoenix, se laisser porter par la voix d’Alenko et passer sur l’autre rive, là où les contours de l’aube jouent des tours à nos sens, se laisser prendre au jeu d’une émotion légère, sensible, sans autre but que celui de rêver encore un peu. La tête ailleurs, se perdre dans le vent et, sur un beat entêtant, regarder le monde d’en haut… Rien de plus, rien de moins, comme sur le reste de son album “La tête ailleurs”,  Alenko joue les funambules émotionnels et nous claque un “Phoenix” – clin d’œil autobiographique ?! – aussi tendre qu’émouvant…