Angelo Branduardi

Thierry

7 avril 2015 /// Toulouse – Le ménestrel italien fait une courte pause à Toulouse…

Rare en France, le troubadour italien l’est assurément lui qui n’était pas venu dans l’hexagone depuis une bonne dizaine d’années et pourtant sa côte d’amour reste inchangée de ce côté-ci des Alpes depuis qu’il a enchanté le public hexagonal avec «La demoiselle» ou «Va où le vent te mène», chansons adaptées en français par Etienne Roda-Gil à la fin des années 70 et au début des eighties. Inclassable, foisonnant, baroque, l’univers de Branduardi mêle folk, pop, ballades, le tout avec les sonorités d’instruments médiévaux habilement entremêlés aux mélodies acoustiques dont il a le secret, entre douceur et exubérance. Ovni musical depuis ses débuts, Angelo Branduardi réussit la pari impossible de faire cohabiter en un même espace des musiques aux accents modernes et des instruments d’une autre époque, de les mettre au service de ces mots aux circonvolutions esthétiques et poétiques magnifiques. Orfèvre mélodique, il a choisi de faire de cet anachronisme permanent, associé à une fabuleuse aptitude à coller des images aux sons, cette poésie permanente et une intransigeance artistique totale, dûe en grande partie à sa formation classique, une force et une originalité qui font de ce ménestrel moderne un musicien à part, au style intemporel et aux chansons définitivement ancrées dans notre inconscient collectif. Et s’il s’est, depuis quelques années, consacré à l’enregistrement de musiques anciennes et à la peinture, c’est pour mieux revenir, de temps à autres, à ses premières amours et réaliser quelques tournées, aussi rares qu’exceptionnelles, pour se rassurer sur l’immense côte d’amour qu’il continue à avoir auprès du public européen…

Mardi 07 AVRIL 2015 /// Casino Théâtre Barrière /// TOULOUSE /// 20h30
Prix : 56,50€ à 73€ ///

0 0
Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleppy
Sleppy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Next Post

36 Crazyfists - "Swing the noose"

36 Crazyfists décapsule "Swing the noose"