Bookmaker artbetting.co.uk - Bet365 review by ArtBetting.co.uk

Bookmaker artbetting.gr - Bet365 review by ArtBetting.gr

Germany bookmaker bet365 review by ArtBetting.de

Premium bigtheme.net by bigtheme.org

Déferlantes Sud de France… le Jour 2 !

baware 24 juillet 2016 0
Déferlantes Sud de France… le Jour 2 !

Il va faire encore plus chaud pour ce second jour à Valmy !… Pas seulement parce que la météo est une fois encore clémente avec nous et nous offre des températures largement supérieures au 30° mais aussi parce que cette journée est synonyme de programme très chargé pour votre serviteur. En effet, à ma plus grande surprise de – déjà – vieil habitué du festival, aucune restriction photographique n’est annoncée pour ce jour. En prime, le programme est alléchant avec ses groupes sympas à découvrir et d’autres qui doivent confirmer tout le bien que l’on pense d’eux. Cerise sur la rousquille, j’ai plusieurs interviews prévues comme Deluxe, Raptus et Fabulous sheep, le tout dans la douce atmosphère tropicale de l’Espace Presse où, à coté de nous, Gaëtan Roussel et ses complices de Louise Attaque, Gringe (sans Orelsan resté bloqué dans sa chambre…) mais avec DeKlo répondent aussi aux journalistes. De quoi se mettre en jambes et en appétit avant le marathon concerts/photos de la journée…

Avant l’ouverture des portes c’est la scène château qui attire mon attention, Jain, qui est en pleine balance, laisse son tube «Come» envahir tout le parc où seuls les techniciens et quelques bénévoles profitent du spectacle. Un vent de fraicheur dans les oreilles et pour les yeux aussi qui contraste avec la chape caniculaire qui plombe notre corps tout entier. Pour moi aussi le temps d’un petit rituel avant que la fête commence, celui qui consiste à partir à la rencontre des festivaliers afin de savoir pour qui le public est venu le plus tôt sur le parc, la tête d’affiche ou un autre… et, visiblement, aujourd’hui, c’est Jain et les Casseurs Flowters qui ont fait venir les festivaliers le plus tôt !

Bon, je vais profiter de cet intermède pour répondre aux critiques lues ici et là concernant l’une des règles d’or sur les ordres de passage tenus secret jusqu’à l’ouverture des portes. Quand, sur une affiche, vous avez 1 tête d’affiche, puis 3 ou 4 «gros ou moyens» et le reste en découverte… il faut pas être un peu naïf pour penser qu’une tête d’affiche pourrait jouer à 17h et très optimiste pour imaginer qu’un artiste émergent, une découverte de l’année, puisse être sur scène après 20h. Bref, un peu de réflexion suffit pour deviner que si le festival met vers 22h la grosse tête d’affiche, 3 passeront avant et 1 ou 2 après… Aussi, si vous prévoyez une arrivée sur site après 21h vous êtes quasiment assurés de louper une des têtes d’affiches et surtout un voire deux des groupes ou artistes émergents, CQFD !

RAPTUS

Vu que j’arrive sur site en tout début d’après-midi, je n’ai pas cette préoccupation-là, et je peux profiter du premier groupe qui ouvre le bal ce soir : Raptus. Les gagnants du tremplin organisé à la Faculté de Perpignan, qui d’ailleurs n’en reviennent toujours pas d’être présents sur la scène Pression Live, nous livrent leur rock très musclé avec toute la générosité possible, sans compter et sans se poser de questions. Résultat ça tape sec et ça réveille immédiatement tous ceux qui auraient eu tendance à laisser la douce chaleur estivale les endormir.

FABULOUS SHEEP

Tout pareil pour Fabulous Sheep, même si on sent que la chaleur qui règne sous leur costume de militaire calme quelque peu leurs velléités de rock énérgique. Il n’en reste pas moins agréable de commencer cette journée avec du bon son de guitare et de batterie.

Vint ensuite N U I T et là, le hic, je reste totalement sur ma faim. Je ne sais pas si c’est l’heure qui ne colle pas à leur univers (il est un peu plus de 17h30) ou si c’est l’esprit rock qui a jusque-là soufflé sur cette scène Pression Live qui sont à l’origine de ce manque d’engouement de ma part, mais les notes électroniques à ce moment-là ont du mal à passer.

JAIN

Après un passage maquillage/coiffure Jain arrive sur la scène château… Dans sa combinaison noire à col blanc elle doit littéralement fondre compte-tenu de la température ambiante mais elle se donne à fond quand même et le public suit ses envolées avec entrain que ce soit sur «Heads Up» rythmé en même temps par le public ou sur le reste de la set list qui s’enchaine avec harmonie. Seul petit bémol, alors que traditionnellement ses concerts se finissent par une échappée sur le public dans un ballon géant, celui-ci refuse obstinément de se fermer, obligeant la jeune chanteuse à finir son set de façon plus traditionnelle.

CASSEURS FLOWTERS

Je n’ai pas vu le temps passer que déjà les Casseurs Flowters déboulent à vive allure sur la grande scène de la mer. Je ne suis pas, loin de là, un grand fan de rap, et encore moins quand les textes me sont si distants. Mais la mayonnaise cuisinée par Orelsan et Gringe passe plutôt bien. L’énergie sur scène et le jeu avec le public est plaisant… Finalement, je me surprend à juste aimer le moment que je passe, bel exploit pour les deux complices enfin sortis de leur canapé !

DELUXE

Je me restaure vite fait avant l’arrivée de Deluxe au moment où le soleil se couche. Tout à l’heure, en interview, ils m’ont fait déliré avec leur élevage de poule. Mais sont-ils aussi fous sur scène ?… Premier constat, j’ai chaud pour eux rien qu’à les voir dans leurs costumes… Leur entrée en matière fait plaisir et présage de belles sensations, mais, bizarrement, le tout s’essouffle vite et laisse place à une proposition musicale sympa mais relativement banale. Mince !… Peut-être avais-je mis la barre trop haut, je m’attendais à que ça parte dans tous les sens musicalement parlant… mais faut être franc, si on enlève les costumes et les jeux de scène, il ne reste qu’un groupe classique… bon mais sans plus. Petite déception sensorielle. Autour de moi les avis ne sont pas aussi négatifs, les déferleurs s’éclatent… avant l’arrivé de Sir Elton !

ELTON JOHN

Un piano sur la gauche, une seule et unique chanson pour réussir le cliché, comme d’autres photographes, j’ai eu peur que la star du soir ne s’installe sur son siège, n’en bouge pas d’un cil permanenté et ne nous offre qu’une seule et unique photo diffusable… Mais il en est rien : Sir Elton John nous fait tout un show pour que nous puissions avoir assez de photos à trier… Il y a deux types de stars : celles qui respectent le travail et les autres, lui fait partie de la première tranche. Rien que pour cela il faut que cela soit dit et qu’il en soit remercié vivement. Moment court certes mais très plaisant !… Après, place au public, nous sortons du pit photos pour le reste des deux heures de concert mais ne pouvons malgré tout nous détacher complètement de ce qui se passe sur scène. Ici aussi, avouons qu’à la base je ne suis pas un fan, mais la copie est propre, parfaite même. On peut prendre la chose dans tous les sens, les musiciens sont au top, les hits s’enchaînent à la vitesse de la lumière, Sir Elton John fait le show comme s’il avait 20 ans et 30mn devant lui pour convaincre. Les fans présents sont comblés, les tubes sont repris et les applaudissements très sincères… Comme quoi, certaines stars ne le sont pas par hasard !

LOUISE ATTAQUE

Louise Attaque recomposé 10 ans après n’ont pas, eux, à convaincre. Avec autant d’expérience ensemble mais aussi chacun de leur côté, ils savent qu’ils avancent en terrain quasi acquis par avance à leur cause. Même si l’absence a été un peu longue, même si le nouvel album du groupe n’est pas encore dans toutes les têtes, le rendez-vous est suffisamment attendu pour que les sourires soient larges sur scène et dans le public. Pas de déception à l’horizon tant le show, à forte densité de tubes immémoriaux, est impeccable et les chansons toutes, ou presque, repris en chœur par le public…. Et je voudrais que tu te rappelles, notre amour est éternel…. Oups…

Le dj présent derrière les Casseurs Flowters, DJ Pone, a la lourde tâche de finir la soirée, de transformer, comme le veut le concept de cette année, la fin de soirée en immense dance floor. Les scratchs et enchaînements sont totalement maitrisés, le beat est ravageur même si le public, venu plus pour Elton et Louise commence une forte – pour être gentil ! – migration vers la sortie. Pone joue bien certes, mais je crains que cela, à l’image de ces festivaliers qui partent en masse, ne soit pas du tout dans une continuité acceptable par mes deux oreilles.

Allez vite au lit, demain c’est la journée que j’attends le plus… et j’espère que mes espérances seront comblées. Mais la barre est placée très haut alors… vivement le résultat !

Récit en immersion : Marc Oséphius
Photos : Laurene Coranti-Herten / Manon Mach / Marc Oséphius 

Laisser un commentaire »