Bookmaker artbetting.co.uk - Bet365 review by ArtBetting.co.uk

Bookmaker artbetting.gr - Bet365 review by ArtBetting.gr

Germany bookmaker bet365 review by ArtBetting.de

Premium bigtheme.net by bigtheme.org

Doug Marlette – « Magic time »

baware 5 janvier 2016 0
Doug Marlette – « Magic time »
livre magic time

L’histoire : Mars 1965. Alors que le Mouvement des droits civiques porté par Martin Luther King s’étend dans tous les Etats-Unis, le pays a les yeux fixés sur Troy, une petite localité du Mississipi. Quatre jeunes activistes y ont péri dans l’incendie d’une église. Deux membres du Ku Klux Klan sont arrêtés et condamnés à perpétuité.

1990. L’un des condamnés libère sa conscience en désignant le vrai responsable du crime. Un nouveau procès se prépare donc à Troy. De retour dans sa ville natale, Carter Ransom, ancien sympathisant dans la lutte pour les droits civiques et journaliste au New-York Examiner, est aux avant-postes. Son premier amour, Sarah Solomon, faisait partie des victimes et son père, le tout-puissant juge Mitchell Ransom, avait conduit le premier procès. Carter veut faire toute la lumière sur cette période qui l’a marqué à jamais. Et c’est dans le passé qu’il va devoir fouiller pour mettre au jour une vérité aussi terrible qu’inattendue.

L’auteur :  Né en Caroline du Nord, Doug Marlette était dessinateur et romancier. Prix Pulitzer pour ses dessins de presse, il est mort dans un accident de voiture en 2007 sur une route du Mississipi. « Magic time », paru aux Etats-Unis en 2006, est son premier roman publié en France.

Ce n’est pas si fréquent que cela pour un roman de nous embarquer totalement, nous plonger dans une autre époque, un autre lieu, une autre culture. Le « Magic time » de Doug Marlette, assurément, fait partie de cette catégorie restreinte. D’abord parce qu’avec sa construction en flash-back, il réussit le challenge de nous propulser dans une Amérique à deux visages pas si différents l’un de l’autre. Un premier visage, celui du Mississipi des années 60, où le racisme et la violence se conjuguent au quotidien. Un autre, plus proche de nous, faisant le grand écart entre New-York et Troy, Mississipi, symbole de la problématique des droits civiques aux USA, deux villes que tout oppose et qui, pourtant, par bien des aspects se ressemblent. C’est le premier point fort de ce roman, cette capacité magistrale à nous faire sentir les villes, les états, à nous fondre dans leur état d’esprit, aussi bien passé que presque présent. En nous posant littéralement aux côtés de son héros Carter Ransom, point de jonction entre les époques, les villes et les communautés, Doug Mariette prenait le risque d’en faire trop ou pas assez, de nous entraîner dans un procès sans nuances de ces membres du Ku Klux Klan trop facilement caricaturales. Pourtant, loin d’en rajouter trois couches, même si tel ou tel personnage semble à la limite du too much, Marlette toujours semble avoir comme ligne d’horizon de rester dans le clair obscur, de ne décrire personne comme tout à fait bon ou tout à fait mauvais. Et cela, en des temps de simplification et de manichéisme, cela fait du bien !
Son autre force est de faire un vrai travail pédagogique en direction de tous ceux, dont l’auteur de ces lignes, qui ne sont pas férus d’histoire américaine et n’ont une connaissance que très partielle du mouvement des droits civiques dont le porte drapeau le plus connu de ce côté-ci de l’Atlantique est Martin Luther King. En nous faisant suivre le quotidien d’un petit groupe de militants, ses actions, ses luttes, ses convictions et les dangers qu’il rencontre, l’auteur nous offre un magnifique cadeau, un cours magistral et ludique sur ce pan de l’histoire américain. Deux périodes, un seul et même pays, mais surtout une plongée presque clinique dans la psyché d’un peuple qui ne savait pas comment gérer le problème dans les années 60 et, trente ans plus tard, avait encore du mal à le regarder en face. Pour nous, simples lecteurs français, c’est aussi une belle leçon puisque nous n’avons que peu souvent l’occasion de nous frotter à notre propre histoire récente, fût-elle romancée !
Ceci étant, limiter « Magic time » à une étude historique et géographique du mouvement des droits civiques serait hautement réducteur car, en bon auteur américain couronné du Prix Pulitzer qu’il était, Doug Marlette savait qu’avant tout il lui fallait une bonne histoire, de celles qui donnent envie de tourner les pages sans s’arrêter. Son roman, thriller judiciaire et historique, s’inscrit donc à la perfection dans cette tradition de page turner que l’on aime tant., nous offrant une galerie de personnages magnifiques et formidablement bien écrits s’inscrivant idéalement dans un récit haletant et intelligent. Assurément l’un des meilleurs romans de ce début d’année…

DOUG MARLETTE – « Magic Time »
Le Cherche Midi /// 670 pages /// 22€ (broché)
sortie le 7 janvier 2016

Envie de vous procurer ce roman ?… Pourquoi pas ici >>>

Laisser un commentaire »