Festival Voix de Femmes 2019 /// 2ème jour

Pour ce second, et dernier (entre-nous, les G.O de Maury, ce serait pas mal de rajouter un jour ou deux de plus car vraiment on se sent bien chez vous !),  jour “grande scène” de ce festival ô combien sympathique, nous avons décidé de venir un peu avant l’ouverture des portes histoire de profiter totalement de cette soirée. Tout d’abord, il faut bien le dire, pour le coté pratique du parking libre à proximité de l’entrée car, comme dans tous les festivals ou presque, garer sa voiture lorsque l’on arrive un peu tard relève plus du parcours du combattant et du marathonien que de la balade de santé. Mais aussi, et surtout, afin de pouvoir échanger avec un maximum de festivaliers, curieux que nous sommes de connaitre leurs impressions sur les concerts de la veille et leurs attentes du soir. C’est ainsi que, posés sur l’une des tables en face des foodtrucks finissant leur préparation, nos premiers échanges se font autour d’un hamburger végétarien et d’une bonne fideua bien chaude, avec comme constante que Zazie, Nach et Lili Charles ont  fait plus que le job, laissant tous les trois de merveilleux souvenirs dans les têtes et les oreilles. Et si, bien sûr, tout le monde, sans exception, ne tarit pas d’éloges envers la grande dame de la chanson française, nous sommes relativement surpris de voir que les deux autres artistes programmés hier soir, forcément moins connus, ont su séduire et capter ce public qui n’était pas venu pour eux. Force est de constater que l’attente du public, ce soir, est principalement centrée sur Clara Luciani, plus que Lou Douillon pourtant tête d’affiche de la soirée…  Est-ce un effet Victoire de la musique, récemment remportée, qui a provoqué la curiosité ou simplement l’envie de profiter d’un live dont tout le monde loue la qualité, en tout cas, sa place à Voix de Femmes ce soir comme première tête d’affiche  fait l’unanimité et, de l’avis de tous, correspond parfaitement à l’identité du festival. En attendant ce moment, nous en profitons pour converser avec l’un des bénévoles derrière le bar qui nous confirme, nous informe, que nos ecocups sont remplis avec un petit vin du pays fort goûteux. Nous remarquons d’ailleurs que la carte de la territorialité est plus que présente dans le choix des jus de raisins fermentés, notre choix s’arrêtant sur un rouge dont les vignes se trouvent juste derrière le flanc de colline qui surplombe le parking où le festival se joue.

 

previous arrow
next arrow
Slider

 

Quelques posts Instagram et Facebook plus tard, nous voilà devant la scène principale où Clara Luciani commence son set sous les hourras du public. Si ce dernier est moins nombreux que la veille, le festival a vraiment fait le plein, toujours avec une forte présence familiale et en grande partie de composition féminine de tous âges. Comme quoi, en privilégiant son ADN et des artistes plus consensuelles, Voix de Femmes a réussi son pari – osé on en doute pas compte-tenu des cachets de telles artistes ! –  et a su contenter toutes les générations en nombre.
Très rapidement, la communion se fait entre l’artiste et les festivaliers, ces derniers étant mis à contribution au fil des titres, comme sur “Drôle d’époque“, et appréciant vivement un humour bon enfant parsemé ça et là entre les morceaux… Il n’en faut pas plus pour que, de notre coté, nous partagions aussi quelques blagues, plus ou moins drôles, comme celle que j’ose refaire ici même. Pendant l’interprétation de “La dernière fois… que tu me vois”,  j’émet le souhait de diffuser cela durant mon enterrement… fou rires autour de nous assurés… C’est cela aussi la magie d’un festival, des moments de partage et de communion, des petits bonheurs que l’on ne retrouve malheureusement plus que dans certains événements, comme celui-ci, encore protégés des mastodontes commerciaux. Tour à tour tendre, drôle, flamboyante, Clara Luciani est de ces bêtes de scène qui retournent un public en deux chansons trois mouvements, faisant l’unanimité même chez ceux, et il y en a, qui ne la connaissaient pas quelques secondes auparavant. La fin du show, une cover de Lana Del Rey fort réussie, arrive alors, beaucoup trop rapide, beaucoup trop frustrante pour tous. Alors, applaudie et acclamée par le public, la délicieuse Clara sort de scène, non sans avoir précisé, chose de plus en plus rare, qu’elle serait quelques instants plus tard dans le public pourboire quelques selfies, autographes et autres accolades avec ses fans, pour le plaisir de tous. Vraiment, cette Clara Luciani est une artiste à part, généreuse, talentueuse, sincère, de celles à qui l’on souhaite un avenir radieux…

 

previous arrow
next arrow
Slider

 

Elisa et Morgane, respectivement à la batterie et au piano, prennent place sur la scène découverte avec la lourde tâche de succéder à la bombe Clara Luciani et de maintenir l’énergie du public à son maximum. Tournant en ce moment dans le département, les deux sœurs perpignanaises proposent des compositions qui, pour personnelles et originales, qu’elles soient, n’ont malheureusement pas réussi à nous entraîner, à nous embarquer pour un rodéo musical. Il est plus que compliqué pour des jeunes artistes d’avoir les projecteurs sur soi après une si belle prestation, du coup, le résultat, s’il fût techniquement bon, n’arriva pas à capter l’attention d’une majorité du public. Contrairement à la veille où la fratrie Lili Charles emporta le morceau par son énergie et son indéniable complicité, les charmantes sœurs ont manqué de présence scénique pour faire la différence et convaincre au-delà du cercle de leurs fans. Nous mettrons cela sur le dos du stress et du manque d’expérience et, compte-tenu du potentiel qu’elles affichent, de leurs titres qui n’ont pas à rougir de la comparaison, il est quasi sûr qu’elles pourront, au fil des scènes et d’une logique évolution, gagner en maturité et rendre leur univers encore plus attirant.

 

previous arrow
next arrow
Slider

 

Point de temps mort entre les prestations (et d’ailleurs, au risque de nous répèter, quelle bonne idée d’avoir mis une vrai scène entre les deux têtes d’affiches !), c’est au tour de Lou Doillon de monter sur scène pour clôturer le festival. On le sait pour l’avoir déjà vue auparavant, la chanteuse, qui vient ici défendre son album “Soliloquy”, a une voix qui ne peut laisser indifférent, unique en son genre, envoûtante et troublante. Jusque-là, elle nous avait habitués à un univers plutôt doux, mélancolique, un folk teinté de rock où l’énergie passait par autre chose que par l’emballement musical. Désormais à la tête de titres plus rock, plus virulents, elle fait preuve d’une présence sur scène à laquelle elle ne nous avait pas vraiment habitués. De son regard captivant, elle sait ainsi mieux que quiconque nous prendre par la main pour nous entraîner dans une cavalcade étourdissante à la (re)découverte de ses créations, nous caressant de sa voix grave et lâchant les chevaux quand il le faut pour porter l’estocade. Et si, côté public, il y a moins d’engouement immédiat, de communion, force est de constater que nombreux sont les sourires à parsemer les visages et que, là aussi, le choix d’une artiste moins consensuelle que celles qui sont montées sur la scène de Maury avant elle, a été le bon, donnant à cette édition 2019 un standing comme rarement atteint jusque-là…

C’est ainsi que nous quittons – avec quelques larmichettes de frustration et une énorme envie de voir le temps s’étirer, le festival de Maury, avec, cette année encore, un excellent bilan,  de très bons moments musicaux partagés, des souvenirs avec le staff, le public, plus qu’agréables, et l’envie, immédiate, irrésistible, folle, de revenir l’année prochaine pour de nouvelles voix de femmes !… Et comme il faut bien émettre une petite critique sous peine de passer pour de vils flagorneurs peu crédibles, nous réitérons ce qui selon nous est le gros, l’énorme, le seul point négatif de Voix de Femmes, cela ne dure pas assez longtemps !… Allez, la team Voix de Femmes, soyez sympas, faites plaisir à tout le monde, l’an prochain, mettez nous un peu plus de jours, pour que l’on ait plus de bonnes vibrations, plus de plaisir, plus de moments fous et forts, bref pour que l’on kiffe encore plus notre expérience Voix de Femmes !

 

Report et photos : Liza Brume & Marc O.

Un grand, un énorme merci à Marie, Charles, et à toute l’équipe des bénévoles de Voix de Femmes pour leur accueil, leur bonne humeur et leur engagement de tous les instants… Continuez le combat, on a besoin de vous !

VOIX DE FEMMES 2019 >>> du 13 au 15 Juin >>> MAURY (66)