Gabriel M – “Les corps éduqués”

La plus grande difficulté n’est-elle pas, finalement, de trouver les bons mots, ceux qui caressent ou ceux qui font mal, ceux qui nous enchaînent et ceux qui nous invitent, tout au contraire, au déchaînement des corps et des cœurs ?!… En faire trop ou pas assez, telle est toujours la question que l’on se pose lorsque l’on a en tête de dire les choses, de nommer les émotions. Parfois on arrive à trouver le bon chemin et, souvent, on reste à la porte de ce que l’on voulait exprimer. Alors peut-être nous reviennent en tête quelques mots que d’autres ont dit, chanté, écrit. Des mots qui sonnent juste, qui disent sans ostentation, sans esbroufe, simplement, joliment. Des mots comme ceux que nous offre Gabriel M avec cet album juste parfait, alchimie tendre et délicate de plusieurs univers musicaux – chanson, swing, blues, flamenco – et de thèmes intemporels – amour, désamour, temps qui passe… – qu’il défriche avec originalité – pas si facile quand on y pense ! – et sincérité. Car rien dans “Les corps éduqués” ne semble factice, calculé, préfabriqué, on y voit plutôt la patte d’un poète ayant roulé sa bosse et qui, au fil du temps, aurait affiné son écriture. Dix titres, relativement courts – on aurait aimé qu’ils soient d’ailleurs plus nombreux et/ou plus longs ! – sensibles et pudiques, traversés ici ou là d’un humour très subtil, presque invisible, dix chansons éprises de liberté et de partage, belles dans ce qu’elles racontent mais aussi dans ce qu’elles cachent entre les lignes, dix petites pépites que l’on déguste le sourire aux lèvres et une furieuse envie de siffloter permanente, voilà ce que nous offre aujourd’hui le gipsy dandy Gabriel M, sans autre volonté apparente que celle de nous proposer quelques minutes de bonheur volés au temps. Force est de constater, d’ailleurs, qu’il y parvient sans mal tout au long de l’album avec, en prime, quelques moments plus intenses, plus fous, tels que “Androgyne”, “Slavitude” ou “J’aime pas”, trois titres qui, pour nous, font de cet opus un joyau. Il y a comme ça, chaque année, quelques magnifiques propositions qui nous arrivent mais en toute franchise, elles ne sont pas, au moins dans la zone chanson française, toutes du niveau et de la qualité de ces “Corps éduqués”… Pour un premier envol en tant que Gabriel M, Olivier Martinez signe un disque juste parfait destiné à tourner en boucle sur nos platines pendant un bon moment… A déguster sans aucune forme de modération !