Lorene Aldabra – “Mirage”

Comme un souffle qui doucement caresse notre peau, le “Mirage” de l’amour fou tourne autour de nous et se joue de nos envies, de nos désirs, traçant une route qui n’appartient qu’à lui et bouscule les convenances, les habitudes. Comme une page qui se tourne, l’histoire du “Glitter Manifesto” de Lorène Aldabra – qui en quelques mois seulement a su changer notre vision de la pop pailletée ! – ouvre un dernier chapitre, ultime vision ô combien enthousiasmante d’une exploration des sentiments amoureux loin, très loin, le plus loin possible des sentiers battus d’une banalité affligeante. Que dire si ce n’est qu’une fois encore, Lorène Aldabra a su trouver le filtre d’amour parfait, celui qui allie forme et fond, celui qui nous prend aux tripes pour mieux nous faire tourner la tête, celui qui nous pousse à offrir à notre corps la liberté de bouger comme il le souhaite tout en laissant notre cerveau se perdre dans des méandres dont il a seul le secret. En une période où la scène française décline jusqu’à l’écœurement la gamme d’une musique auto-tunée, qu’il est doux de voir qu’il existe encore des artistes osant explorer des territoires différents, osant porter des projets un peu fous, totalement en dehors de la norme, définitivement indispensables. Alors, si le “Glitter Manifesto” se referme avec ce “Mirage” d’une redoutable efficacité, gageons que Lorène Aldabra, elle, n’a pas dit son dernier mot et que bientôt elle nous entraînera dans un nouvel univers. Une chose est sûre en tout cas, c’est que glam ou non, nous l’y suivrons avec un plaisir non dissimulé…