Bookmaker artbetting.co.uk - Bet365 review by ArtBetting.co.uk

Bookmaker artbetting.gr - Bet365 review by ArtBetting.gr

Germany bookmaker bet365 review by ArtBetting.de

Premium bigtheme.net by bigtheme.org

Voix de Femmes 2018 – 16/06/18

baware 26 juin 2018 0
Voix de Femmes 2018 – 16/06/18

Allez hop, c’est parti pour une bonne demi-heure de route pour rejoindre notre camp de base pour la soirée, ce bel écrin de Maury où se sont posés, le temps de deux magnifiques soirées quelques belles voix de femmes. Nos camarades de jeu nous ayant mis l’eau à la bouche après une première soirée de toute beauté, nous naviguons entre impatience et pur plaisir d’être là, au milieu de toutes ces têtes ravies de participer à cet événement en dehors de toute mode, en dehors de toute contrainte si ce n’est celle du plaisir et de la qualité.

Il est un peu plus de 21h quand Sarah McCoy monte sur la grande scène et s’assoit derrière son piano. Coiffée d’une improbable couronne qui lui donne des allures de Statue de la Liberté, d’emblée elle nous annonce la couleur : elle n’a pas fait de longues heures de train pour venir s’ennuyer à Maury, ce qui tombe bien puisque nous non plus !… Avec un accent américain très prononcé et dans un français approximatif, elle débute la soirée dans un mélange de ballades blues rappelant les airs jazzy de la Nouvelle-Orléans et de happenings, petites histoires un tantinet vulgaires mais toujours personnelles. Plus qu’un set, nous assistons à un spectacle savamment rythmé au piano, mêlant autodérision et envolées lyriques digne d’une Castafiore, les aigus en moins !

Pendant que la technique prépare la scène pour la tête d’affiche de la soirée, La Krazy Family, la chorale la plus rock du département prend place pour nous livrer ses interprétations des plus grands titres des Cranberries, Nirvana, Rolling Stones et autre The White Stripes et son ultra célèbre « Seven Nation Army »… Peu importe que cela chante juste ou soit totalement en place, car comme le dit Kali Maalem son âme chantante, l’essentiel est ailleurs, dans le plaisir de chanter, de donner et de recevoir de l’amour…

Avec une énergie démentielle et une volonté de fer, Santa, arborant le maquillage de guerrière caractéristique d’Hyphen Hyphen, marque le trait d’union entre le concept du festival et le talent de la jeune chanteuse. Son timbre de voix particulier transporte les festivaliers dans un moment d’énergie pure, de communion et de partage sans commune mesure. Emmené par une sorte de Mat Bastard au féminin, montée sur ressort, le jeune groupe nous donne tout, du nouveau titre encore peu connu, issu de leur nouvel album, aux grands classiques tels que « Just Need Your Love » ou « Like Boy » qui font un bien fou aux tympan de votre serviteur. Comment ne pas être fan de ce groupe qui n’aime rien tant que la communion avec le public ?… Ce que j’aime le plus dans les spectacles vivants, ce sont ces moments de partage avec le public, quand ce dernier interpelle l’artiste de «je t’aime» et qu’elle répond «moi aussi» tout aussi spontanément, quand la proximité est telle que le public peut lui demander de jouer un morceau (en l’occurrence du Madonna) et que le groupe ne se laisse pas démonter devant le défi… quand le concert se finit en traversant le public pour se retrouver en haut des gradins, debout sur la régie à faire des câlins aux jeunes enfants… voilà ce que l’on a pu assister ce samedi soir, voila ce que j’aime plus que tout et qui fait de Voix de Femmes un festival à part, loin des grosses machines quelque peu impersonnelles, de plus en plus en toc, de moins en moins sincères… Merci donc Santa, merci le groupe et merci à ce charmant festival, qui a ravi les spectateurs, les laissant repartir avec un franc et massif sourire aux lèvres !… Moi, en tout cas, je note déjà la date dans mon agenda pour l’année prochaine…

Laisser un commentaire »