JULIETTE

Thierry

Juliette nous ouvre la porte de son pays…

0 0

Parfois, peu de choses sont nécessaires pour que le bonheur soit au programme. Quelques instants de lumières éteintes, comme pour laisser le temps au diable de sortir de sa bouteille, quelques notes surgissant de nulle part, ou presque, pour nous envelopper et nous faire entrer à leur suite dans un fabuleux et onirique petit musée de la gouaille et de l’humour, puis très rapidement des mots, des mots forts et fous, des mots tendres et drôles, engagés et engageants. Ainsi portés par la douce mélopée de ces mots qui saisissent et bousculent, nous voici partis au cœur d’une légende belle et rebelle, croisant au gré des pages que Juliette tourne pour nous, une veuve noire ou une petite robe noire, la grande Barbara ou Circé, un garçon manqué ou un sentimental bourreau. Rimes féminines, rimes divines, Juliette se plaît à nous convier dans son univers où se mêlent amour infini du mot juste, combats à mener et tranches de vie à saisir à point. Loin des feux médiatiques qui trop souvent brûlent ce qu’ils adorent le temps d’une mode par essence éphémère, Juliette trace son chemin sans concession, avec une intégrité rare et une joie de vivre apparemment sans limite. Tour à tour enfant joueuse qui n’aime rien tant que mettre les doigts dans le nez avec un sourire coquin et bouillonnante femme aux emportements volcaniques, Juliette brosse pour nous, album après album, concert après concert, les contours d’une légende sur papier buvard, d’une fantaisie héroïque pour piano elfique jouée par une femme piano aux doigts magiques. Sensible et touchante, heureuse et contagieuse, Juliette nous invite une fois de plus à son festin et, à voix basse ou dans un vacarme fantasmagorique, presque en pointillé, met un peu de lumière dans nos nuits étoilées.

Jeudi 05 Février /// 20h29
Palais des Congrès – PERPIGNAN /// 28€>33€
réservations : www.boitaclous.com

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleppy
Sleppy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Next Post

NATALIA DOCO

La comète argentine nous offre un petit coin de paradis latino