Alexis HK

Et si, pour dire le présent, pour raconter ce monde qui court à sa perte à toute vitesse sans même s’en rendre compte, il suffisait d’écouter avec attention quelques-uns des plus intéressants textes de la chanson française ?…
Et si, pour être sûr de tomber juste, il suffisait de se pencher sur l’œuvre de l’un de nos plus fabuleux et intemporels auteurs du siècle dernier ?…
Et si, celui qui se chargeait de cette tâche n’était autre qu’un anti-héros notoire, un homme du moment présent ne reniant pas pour autant le passé ?… Général doté d’une microscopique armée (à peine un contrebassiste et un guitariste), Alexis HK part pourtant en campagne pour porter la paix des étoiles aux confins de notre vieux, si vieux continent. 
Comme armes, il n’a pas pris grand chose, quelques notes qui tourbillonnent, quelques petites mélodies qui semblent ne pas valoir grand chose et qui, pourtant, donnent une puissance folle à ces mots qui ne sont pas – tous – de lui mais qu’il vient porter avec la force d’une conviction sans faille. Et un concept simple doublée d’une idée folle : prendre avec respect et délicatesse les mots du grand Georges Brassens pour en faire les vecteurs d’une ode au temps présent, autant observation fine que coming-out drolatique d’un poète légèrement décalé. Avec la douce complicité de l’inénarrable et inclassable François Morel, dont la plume complice vient nourrir des interludes désopilants, Alexis HK revisite le répertoire de Brassens histoire d’en montrer la folle actualité, de prouver, si besoin était, que le maître de Sète était un vrai rebelle, un punk avant l’heure portant haut l’étendard de la liberté de penser de travers.
Avec «Georges et moi», celui-ci étant multiple puisque nous sommes tous, pour lui, Georges, Alexis HK fait bien plus que rendre hommage au chanteur à l’éternelle pipe, il lui offre un costume moderne, l’entraîne vers des zones plus sombres, plus rock dans l’esprit. Et si certains mots ont changé, la langue, elle, est restée la même, puissante, frontale, parfois même crue. Nul besoin d’être un expert es Brassens pour comprendre, et apprécier, cette conversation imaginaire entre le chanteur et son “vieil oncle”, il suffit de se poser face à la scène, l’esprit aussi grand ouvert que possible et se laisser porter par le flot des images sonores que ces diables d’artistes nous offrent sans fard et sans contraintes

SAMEDI 29 OCTOBRE /// 20h30
THÉÂTRE DE L’ARCHIPEL – LE GRENAT
PERPIGNAN
10€>22€