BONGA

baware

Entre liberté et tristesse, joie et révolte, Bonga nous enivre de rythmes chauds…

Nomade, Bonga Kuenda l’est sans nul doute lui qui quitta son Angola natal pour sillonner l’Europe avant de se poser au Portugal, lui qui transporte ses sonorités traditionnelles sur le dos d’un blues transgenre, posant sa voix eraillée sur des notes magnétiques et envoûtantes.  Loin du star-system médiatique, du haut de ses trente albums et de ses hits internationaux – dont le fameux «Sodade» rendu célèbre par Cesaria Evora… et réciproquement ! – on pourrait imaginer ce septuagénaire tranquillement installé dans une routine paisible alors que le voici en permanence courant les routes, montant sur toutes les scènes où il peut jouer sa musique unique et paradoxalement universelle. Et s’il chante l’exil et l’aspiration à la liberté, s’il se pare de mélodies tristes et délicates, c’est pour mieux nous prendre doucement par la main avant de nous emmener sur les sentiers d’une fête musicale où se mélangent liberté et révolte, joie et tristesse, douceur et force. Un cocktail revigorant à déguster sans modération en cet hiver frigorifique.

Vendredi 30 JANVIER
Le Grenat /// PERPIGNAN
20h30 ///  12€>23€

0 0
Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleppy
Sleppy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Next Post

Motley Crue - "All bad things"

Motley Crue avoue toutes ses "bad things"