Alambic – “Et ton amant”

baware

Parfois la douceur d’un rythme nous apaise mais la musique d’Alambic, elle, est trop funky, a trop de groove pour ne pas nous faire décoller autrement que totalement !

0 0

Demain, après-demain, allez peut-être même aujourd’hui, Alambic réunira sa tribu pour l’entretenir d’un problème important, vital même, concernant l’essentiel de l’espèce humaine, ces petites choses étranges que nous sommes et qui depuis la nuit des temps se demandent s’il vaut mieux être amis ou amants, si l’homme et la femme sont faits pour se projeter ensemble dans l’avenir et juste programmés pour être de fugaces forces vives s’agitant l’une sur l’autre. L’erreur est humaine et l’homme sait ô combien les accumuler surtout lorsqu’il s’agît de plaire aux femmes, à une femme, et que l’on parle universel ou personnel, le résultat est le même, la main de l’homme adore caresser la peau de l’autre, en douceur, juste pour qu’elle se sente bien, détendue, amoureuse. Talents multiples d’un animal sensible qui sait également que se promener sur le corps de sa partenaire sur une mélodie en adéquation avec le moment ne peut que sublimer l’instant, multiplier les sensations. Et quand ce rythme ressemble au groove funky d’Alambic, l’homme sait qu’il devra être à la hauteur des attentes, passer outre ses préventions pour utiliser toutes les armes que l’on a mis dans ses mains, ses doigts, sans prétention mais avec un peu d’auto-dérision, un peu de confiance et beaucoup d’aveuglement, du temps et des envies, comme celle de choisir son camp, et pouvoir ainsi dire à celle qui ourle l’atmosphère de douces vibrations, qu’il est arrivé le moment de trancher, d’être ton ami “et ton amant”, et laisser l’avenir choisir la fin de l’histoire…

 

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleppy
Sleppy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Next Post

Pause Guitare se réinvente pour 2021

On a beau l’espérer, le souhaiter ardemment, chaque semaine, chaque mois qui passe nous éloigne un peu plus d’une saison des festivals normales. On a beau adhérer aux élans de positivisme de la plupart de nos grands festivals français (méthode Coué ou nécessaire besoin d’éviter les demandes de remboursement ?!) qui nous […]