Bookmaker artbetting.co.uk - Bet365 review by ArtBetting.co.uk

Bookmaker artbetting.gr - Bet365 review by ArtBetting.gr

Germany bookmaker bet365 review by ArtBetting.de

Premium bigtheme.net by bigtheme.org

St-Cyp en live, épisode 2 : Athénais / Ezra Hesper

baware 16 juillet 2016 0
St-Cyp en live, épisode 2 : Athénais / Ezra Hesper

Il y a, comme ça, certaines personnalités qui se révèlent sur scène. L’après-midi de ce deuxième jour de Saint Cyp en live, nous croisions, au hasard d’une session promo, la montpelliéraine Athénaïs, paisible, douce, presque timide même, répondant avec simplicité aux sollicitations des journalistes. A la voir ainsi, difficile de ne pas se dire que le soir-même, nous allions avoir droit à une prestation peut-être un peu trop tendre pour un événement comme celui-ci, en plein air et en direction d’un public non captif. Nous n’aurions pu avoir plus tort tant, une fois montée sur scène, Athénaïs donne la pleine puissance de son talent. Certes, son univers n’incite pas vraiment au headbang mais il réussit, en quelques minutes seulement, à trouver le chemin de nos cœurs, bousculant nos a-prioris et nos envies de partir. Sa folk délicate paradoxalement se conjugue à la perfection avec cette fin de journée, laissant poindre dans les yeux d’un public conquis, et de plus en plus nombreux, une jolie lumière. Athénaïs ne nous embarque pas dans un grand-huit mais, comme prévu, dans un petit moment zen, un instant câlin que l’on a envie de partager avec sa(son) chéri(e), un doux rêve éveillé sur fond de mer qui nous envoûte et nous laisse une merveilleuse sensation au creux du ventre. Comment rêver meilleure introduction pour cette deuxième soirée de ce festival hors norme, rare et donc indispensable au milieu de la cohue des grosses machines parfois sans âme ?…

Et d’âme il en est question avec celui qui monte après Athénaïs sur scène. Bien connu du public nord catalan, Ezra Hesper trace lui aussi sa route en douceur, baignant chacune de ses prestations d’un délicat parfum folk rock où la pop, de temps à autres, trouve sa place. Devant une place fort joliment remplie, Ezra, une heure trente durant, va dérouler un set comme on les aime, fait de moments tendres et de montée étourdissantes. De sa voix envoûtante qui vient sublimer des mélodies transcendantes, il nous emmène et nous fait voyager dans des contrées où l’émotion est palpable, où les couleurs du temps dessinent des patchworks hypnotiques. Pour lui, nul besoin d’artifice, de faux-semblants ou de tripatouillages techniques, son talent, déjà visible sur son EP « White paper land », explose sur cette scène dépouillée, nous laissant quelque peu interrogatif sur la confidentialité de son œuvre. A le voir ainsi, titre après titre, conquérir le nombreux et fort éclectique public, on se demande bien pourquoi aucun major label n’a encore misé sur ce diamant brut, ce malgré sa participation à la défunte « Nouvelle Star ». Loin de nos interrogations superficielles, Ezra, lui, a juste fait ce qu’il sait faire de mieux, monter sur scène, brancher sa guitare et nous délivrer un concert magnifique, plein d’émotions et de sensibilité, de force et d’intensité. Et à voir les larges sourires dans le public à la fin dudit concert, nous n’avons visiblement pas été les seuls à être sous le charme de cet artiste merveilleux.

Photos : Isabelle Faubert

Laisser un commentaire »