Féloche & The Mandolin’ Orchestra – “Bambino” (feat. Dolche)

baware

Féloche joue la carte virtuelle pour nous séduire avec “Bambino”

1 0

En cette période de confinement généralisé, que reste-t-il à nos “pauvres” artistes esseulés, privés de l’amour sans retenue du public et de ces moments de partage incroyables que constituent concerts et rencontres impromptues ?… Que reste-t-il quand le bout de la rue semble être un horizon indépassable ?… Heureusement, la technologie moderne vient à leur, à notre secours, et par la grâce d’un portable, d’un ordinateur, et de quelques services de streaming ou de socialité qui n’ont de gratuit que le nom, les voici enfin reliés aux autres, même virtuellement, petite fourmi enfermée dans son terrarium mais s’échappant par micro fenêtre interposée pour offrir aux à ses congénères quelques instants de divertissement. En revanche, il arrive parfois que ces mêmes artistes en profitent subrepticement pour nous martyriser, avec amour certes, mais quand même… Tenez, prenez Féloche par exemple. Lui son truc, ces temps-ci, c’est de plonger à corps perdu dans le répertoire de la chanson française et de nous proposer une vision pour le moins décalée et originale de certains de ses joyaux (sic)… Alors, après “Chic planète”, morceau ô combien dispensable de la variété française,  le voici qui s’attaque, en compagnie de son Mandolin’ Orchestra et de Dolche, à “Bambino”, autre “must” de cet autres siècle qui, par certains côtés, méritait de disparaître !… Divine surprise, voici que la chanson immortalisée par Dalida devient d’un coup d’un seul sautillante et agréable, magie d’un artiste à l’univers si décalé qu’il transforme n’importe quelle œuvrette en moment de pur plaisir. Et comme le sieur n’est pas reste côté images, le voici qui nous offre un clip ultra-tendance – enfin tendance covid 19 ! – où l’on ne se touche pas sauf par écran de téléphone interposé, où l’on se parle sans se voir mais par lequel, finalement, on arrive à faire passer un message ou deux… A ceux qui se demandent encore ce qu’il reste aux artistes en période de confinement, ce clip est l’une des plus belles réponses à ce jour : l’imagination !

 

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
100 %
Sleppy
Sleppy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Next Post

Préambul(l)es #2 nouvelle victime du Covid

Préambul(l)es #2 est annulé...