Les Bulles Sonores #19… Jour 1

A chaque fois c’est pareil, alors que ce profile pour nous un nouveau festival, un rendez-vous inédit pour les journalistes en goguette que nous sommes, nous avons toujours les mêmes interrogations : est-ce que l’accueil sera bon ?… Est-ce que le public sera festif, participatif, amorphe, ou, moins fréquent fort heureusement un peu lourd ?… Est-ce que les artistes livreront le meilleur d’eux-même et nous embarqueront dans une folie musicale dont on aura du mal à se remettre ?… Oui, on l’imagine assez mal lorsque l’on est “juste” un spectateur, mais les femmes et les hommes qui œuvrent dans ou gravitent autour d’un festival n’agissent pas de la même façon partout et tout le temps. Il y a dans notre sacerdoce journalistique une magnifique et permanente incertitude qui en fait une merveilleuse aventure. Et si, on en convient sans problème, la proposition artistique est la base, les fondations d’un événement réussi, ce qui fait, selon nous, la réussite de ce cocktail musical plus ou moins improbable, c’est l’ambiance générale. Quand un festival devient une pompe à fric on a plus envie de s’y rendre, quand la programmation proposée devient des redites des années précédentes, on a plus envie de s’y rendre, quand l’accueil n’est pas au rendez-vous parce que “la presse on s’en fout” ou que les personnes en charge sont plus préoccupées par leurs selfies dans le pit photo que par nos conditions de travail, on a plus envie de s’y rendre !… Ici, à Limoux, petit coin préservé de l’Aude, dès nos premières minutes sur le site, dès notre entrée dans l’enceinte de ces “Bulles Sonores” longtemps observées de loin, nous savons déjà que la moitié des attentes ont d’ores et déjà un retour positif dans nos têtes…

Prenons le temps de vous poser le décor. Nous sommes mi-octobre, le fond de l’air est frais, la météo très nuageuse (heureusement pas une goutte ne tombera du ciel en ce premier soir), un grand parking est posé à côté de l’entrée principale, nous permettant ainsi d’avoir la voiture à moins de 20 mètres du festival. Après le passage obligé du contrôle, il y a face à nous une scène dite “Effervescente” qui ne sera exploité que le samedi, espace d’accueil et d’attente pour déguster, avant l’ouverture des portes, les boissons vinicoles des partenaires du festival. Puis nous arrivons ensuite dans un espace délimité par des food-truck avec, au milieu des tables et chaises, puis au fond deux chapiteaux de taille impressionnante. Sous le premier, se trouve la Grande Scène, sous le second, la Scène des Bulles, plus confidentielle. Les premiers festivaliers sur place nous montrent la diversité du public attendu ce soir : intergénérationnel et hétéroclite. Des familles, des jeunes, des fêtards, des soixante-huitards, blousons en cuir côtoient tuniques et chemises à carreaux. C’est dans cette atmosphère aussi détendue qu’agréable que nous pouvons nous poser et commencer à découvrir ou redécouvrir les artistes à l’affiche de ce jour…

SLIM PAUL à la délicate tâche d’ouvrir le festival sur la Scène des Bulles, un peu trop tôt pour nous car nous étions attendus pour l’interview du groupe «Le trottoir d’en face», que vous retrouverez très rapidement sur le site, si si, on vous l’assure, on en est sûrs… ou presque !… En attendant, Slim Paul semble, à ce que l’on nous dit ici ou là suite à sa prestation, avoir livré un set carré, envoûtant et au groove irrésistible. Loin de Scarecrow à qui il prêta sa voix chaude longtemps, il bouscule désormais les lignes et les codes pour mieux étourdir un public de plus en plus large. Pour l’avoir vu dans d’autres circonstances, ailleurs, nous savons que le bougre a de la ressource et sait mieux que quiconque porter à incandescence une salle…

 

previous arrow
next arrow
Slider

 

Pendant que les festivaliers entrent dans le parc, les partenaires inaugurent, eux, dans leur espace dédié, le début des hostilités, avec entre autres un discours pour évoquer les liens forts entre le festival et le réseau Spedidam. Dans la foulée,  KEZIAH JONES monte sur la Grande Scène pour délivrer un show plein d’énergie, à l’image de ce qu’il nous avait déjà offert auparavant sur d’autres événements. Point de grande surprise donc mais un premier bon moment musical, son mélange de funk, soul, rock et blues, délivré avec simplicité et une visible bienveillance, fonctionnant à merveille et ses incroyables solis de guitare ravissant l’audience de ce soir. Une chose nous frappe, presque par surprise, lors ces premiers pas au cœur des Bulles Sonores, c’est que les sourires illuminent les visages des spectateurs qui contemplent le show avec leurs yeux et non derrière leur smartphone !… Franchement, cela faisait un moment que l’on n’avait pas vu cela et cela fait un bien fou. A quelques exceptions près, peu de captations numériques en ce début de soirée. Quel bonheur, enfin !!

 

previous arrow
next arrow
Slider

 

A peine quelques minutes après la dernière note entrainante de la Grande Scène, direction celle des Bulles pour LE TROTTOIR D’EN FACE. Si vous ne savez pas ce que signifie le grand n’importe quoi d’un show sur scène, il faut absolument découvrir ce groupe complètement déjanté qui, dès le début de sa prestation, rentre en communion avec le public avec des mélodies ultra entrainantes rappelant celles des entractes de cabaret, avec chorégraphie cheap au possible – mais qui fonctionne – en bonus non caché. Il est impossible de ne pas passer un bon moment devant ce groupe, ni de partager leur délire. Je suis incapable de mettre un mot juste sur ce que j’ai entendu, je peux juste vous transmettre l’émotion joyeuse ressentie à la fin de la petite (et trop courte) heure passé à suivre leurs délires.

 

previous arrow
next arrow
Slider

 

On passe du trottoir à LA RUE KETANOU, et, même si cette prestation fait “plus pro” ou peut-être à cause de cela, la communication avec le public, selon moi, passe plus mal. Alors que la base de leur expression artistique scénique est textuelle, celle exprimé ce soir n’ont pas eu chez moi la résonnance que j’attendais. C’était la première fois que je les voyais sur scène, et il est possible que la fatigue et le froid qui commence à me glacer les os ne m’aient pas permis d’apprécier le contraste entre leurs textes et la musicalité ensoleillée proposée par leurs instruments. Rendez-vous manqué en ce qui me concerne mais rien ne dit qu’à l’avenir la porte ne s’ouvrira pas de meilleure façon pour me permettre d’apprécier à sa juste valeur leur proposition.

 

previous arrow
next arrow
Slider

 

On approche de minuit, l’heure du crime, et AYWA, dans un style oriental très méditerranéen, tente, lui aussi, de me réchauffer le corps avec son univers qui se situe à l’antipode de ce que j’aime. Je ne suis absolument pas adepte de ces type de sonorités ni de cette musicalité, mais je vais vous avouer que la première partie de son concert m’a vraiment bluffé. J’ai apprécié le son de sa voix, le rythme, la communion avec le public, je me suis surpris à prendre plaisir alors que ce n’est vraiment pas mon goût… Je mettrais une très bonne note pour ce qui restera pour nous le meilleur groupe de la soirée.

Vous allez me dire, si vous êtes attentifs au programme de la soirée, il reste HILIGHT TRIBE !… Certes, certes, mais la fatigue aidant – c’est là qu’on voit que le rythme estival a fait des dégâts dans les organismes ! – nous voici moins réceptifs à la proposition au groove pourtant imparable de cette petite bande. Le public semble lui apprécier grandement cette transe festival dégoupillée à grand renfort de didgeridoo mais en ce qui nous concerne c’est surtout une légère note ensommeillée qui prédomine. Reste que leur set est parfaitement en place et que leur voyage mélodique est tout sauf monotone, tout sauf classique et redondant. En mélangeant les genres, en mariant les instruments modernes et traditionnels voire ethniques, Hilight Tribe casse les codes et fait irrésistiblement jumper sur son mix entre trance et tribal.

Les interrogations posées en début de journée, avant que nous n’arrivions bon an mal an à Limoux sont bel et bien totalement dissipées lorsque nous quittons, fort tard, le site du festival. A l’instar d’un Guitare en Scène (notre chouchou absolu qui semble-t-il prépare une édition 2020 de légende), d’un Reggae Sun Ska ou d’un No Logo aux vibrations ultra cool, l’ambiance est ici parfaite, la bonne humeur et le partage dans le respect prévalant à toutes autres notions. Et vu le line-up prévu pour le deuxième jour, autant dire que nous sommes impatient de faire un bon dans le temps et de nous retrouver sur site au plus vite…

 

Report : Marc O. /// Photos : Liza Brume
un grand merci à Valérie et Alain pour leur hospitalité et leur gentillesse