Pierre Nesta – “Voyageur”

Parce que les plus beaux voyages sont ceux que l’ont fait avec le cœur au bord de l’âme, Pierre Nesta a laissé derrière lui la sombre monotonie des sanglots longs de nos quotidiens désenchantés pour aller voguer ici ou là, posant sa valise sous d’autres cieux, plus joyeux, plus enthousiasmants, que les nôtres. Voyageur éternel, il a mis ses pas dans ceux du hasard et, de fil en aiguille, s’est retrouvé de l’autre côté de l’Atlantique, dans cette Jamaïque ô combien inspirante qui a fait de la musique, du reggae en particulier, un véritable mode de vie, une autre façon de voir les choses et d’envisager la relation aux autres. Cette chaleur humaine, ce goût du partage et cette spiritualité pas si cachée que ça, on les retrouve dans ce “Voyageur” qui porte si bien son nom. Ouvert sur le monde, sur Dieu et sur l’homme, porteur de valeurs aussi belles qu’universelles, cet album ne cherche à aucun moment à nous donner des leçons, à nous faire culpabiliser,  bien au contraire, il nous prend délicatement par la main et nous emmène à la recherche du temps perdu, celui que l’on a passé à courir après des chimères, celui que l’on a pas dépensé à se faire du bien ou à penser ce que l’on est. Bien sûr, enregistré à Kingston, il baigne dans le reggae, ce roots qui donne de si belles sensations, mais le résumer à cela serait par trop réducteur. Car s’il y a bien une chose que Pierre Nesta semble refuser c’est de se laisser enfermer dans une case, dans un format. Alors, au fil des titres, il laisse ses notes aller se promener, vagabonder du côté du ska, du blues ou de la chanson française, ses mots se faire caressants ou, a contrario, plus offensifs. Ce qu’il aime, en revanche, c’est nous offrir ses mots comme autant de messages que nous pouvons prendre ou pas, libres que nous sommes de faire nos propres choix. Qu’il nous parle de colonisation, de sa mère ou de l’océan, des rencontres que l’on fait ou de la liberté que l’on se doit d’avoir, chaque parole, chaque mélodie, qu’il nous propose est une petite parenthèse dans un monde de brutes, une ouverture sur autre chose, sur une autre vision du monde et de la vie. En douceur, il se joue des clichés, pourtant fréquents dans ce style musical, et avec la sincérité qui le caractérise, nous offre un magnifique voyage autour de ce qu’il est, un homme libre et sensible, curieux et chaleureux. A n’en pas douter, ce trip intérieur qu’il nous propose aujourd’hui est l’un des plus beaux qu’il nous ait été donné d’entendre depuis longtemps, une vibration sublime comme un appel irrésistible à se laisser aller et à profiter de l’instant, fut-ce juste pour rêver…