Bookmaker artbetting.co.uk - Bet365 review by ArtBetting.co.uk

Bookmaker artbetting.gr - Bet365 review by ArtBetting.gr

Germany bookmaker bet365 review by ArtBetting.de

Premium bigtheme.net by bigtheme.org

Joe Bonamassa… nouvel album en septembre

baware 13 août 2018 0
Joe Bonamassa… nouvel album en septembre

Pour son treizième album studio, Joe Bonamassa continue de redéfinir les limites du blues rock moderne. A travers 12 compositions de son cru le guitariste américain présente un disque aussi ambitieux que diversifié. Il esquisse même une sorte de renaissance qui fait suite à diverses choses qui viennent de marquer sa vie personnelle : “Je passe à travers des moments que je ne m’attendais pas vivre… Je dois les accepter et y faire face avec contrition… C’est douloureux, tout en sachant qu’une résurrection est toujours possible”, explique-t-il.

Pour ce disque Bonamassa s’est entouré de quelques-uns des meilleurs auteurs/compositeurs de Nashville comme Tom Hambridge, James House, Gary Nicholson, Richard Page, Dion Dimucci et bien évidemment de son producteur de toujours Kevin Shirley.

L’enregistrement s’est déroulé dans différents endroits : les Blackbird Studios à Nashville, The Cave Australia à Sydney, le Studio At The Palms à Las Vegas, le Criteria Hit Factory, à Miami et les Addiction Sound Studios de Nashville.

Une fois de plus de remarquables musiciens accompagnent Joe : le batteur Anton Fig, le bassiste Michael Rhodes, le clavier Reese Wynans, les trompettistes Lee Thornburg et Paulie Cerra, les choristes Gary Pinto, Mahalia Barnes, Jade McRae, Juanita Tippins et même deux autres guitaristes Kenny Greenberg et Doug Lancio.

Si l’album commence par un coup de chapeau à Led Zeppelin avec “Evil Mama”, il se poursuit ensuite sur les rythmes boogie/rockabilly de “King Bee Shakedown” auxquels il est impossible de résister. Après les riffs hard rock de “Molly-O”, Joe s’inspire clairement de Tom Waits sur “Pick Up The Pieces”. Du point de vue du guitariste “Self-Inflicted Wounds” est sans doute l’une des meilleures chansons qu’il ait jamais écrites et “Deep In The Blues Again” possède un rythme qui pousse à la réécouter à l’infini.

Sur “The Ghost of Macon Jones” Joe partage le chant avec le chanteur country Jamey Johnson. Ensemble ils nous content l’histoire d’un paysan renégat. Vient alors “Just Cos You Can Don‘t Mean You Should” directement inspiré du blues rock d’Albert King, puis l’on retient son souffle sur “Stronger Now In Broken Places” interprété avec rien de plus qu’une guitare acoustique posée sur des sons créés par Jim Moginie de Midnight Oil et le handpan de Kate Ston. Après ce merveilleux voyage musical Joe renoue alors avec le blues rock plus traditionnel sur “Love is A Gamble”.

Le chemin pavé par ce “Redemption” avance à travers des nuances allant de la lumière à l’obscurité et vers des profondeurs tendres, chargées d’émotions. Bien sûr la guitare suprême et magistrale de Bonamassa veille sur chacun de ces précieux moments. Mais au-delà de ses prouesses inégalées d’instrumentiste, l’on ressent que tout au long de ce disque que Joe Bonamassa est habité par le désir insatiable de pousser les choses plus loin et ce aussi bien au niveau de la musique que des textes. (cp)

Liste des titres:

1 – Evil Mama
2 – King Bee Shakedown
3 – Molly O’
4 – Deep In The Blues Again
5 – Self-Inflicted Wounds
6 – Pick Up The Pieces
7 – The Ghost Of Macon Jones
8 – Just ‘Cos You Can Don’t Mean You Should
9 – Redemption
10 – I’ve Got Some Mind Over What Matters
11 – Stronger Now In Broken Places
12 – Love Is A Gamble

Laisser un commentaire »

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial